Este é o Capítulo 2 da série O Pequeno Príncipe em Francês. Você, assim como outros, provavelmente já escutou falar do livro O Pequeno Príncipe. Contudo, se você não faz a menor ideia de que livro é esse, recomendo ler o texto Littérature Française: Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry que postei dias atrás. E antes disso, ler o Capítulo 1 que já está postado. Toda sexta-feira será lançado um texto novo aqui no blog com o áudio do livro lido por mim, Elisa. 

 

Este livro é inspirado na vida real do próprio autor, Antoine de Saint-Exupéry.  Eu havia comentado por aqui, num texto passado, que iria fazer essa junção do blog com as leituras que realizei, et vóilà!, aqui está!

 

Espero que você goste dessa junção e seja participativo, afinal, essa leitura é para você realizar uma grande imersão na língua e literatura francesa!

 

Êtes-vous prêts à vous laisser surprendre par l’histoire du Petit Prince ?

 

Alors ouvrez grand vos oreilles…

1 – Escute o segundo capítulo de O Pequeno Príncipe

 

Eu o aconselho a escutar duas vezes o áudio do capítulo antes de passar para os próximos passos. Você pode escutar no Spotify, Deezer, Ancro e entre outras plataformas!

2 – Compreenda o vocabulário

Bélier = carneiro

Cassé = quebrada


Connaissance = conhecimento


Dedans = dentro


Égaré = perdido


Frappé = acertado, atingido; frappé par la foudre: atingido por um raio


Frotté = do verbo frotter, esfregar


Foudre = raio


Herbe = grama


Je griffonnai = do verbo griffonner, no passe simple; eu rabisquei


J’ai réussi = eu consegui, obtive êxito


J’avais à peine de l’eau = verbo avoir no imparfait, tinha; eu mal tinha água


Ma poche = meu bolso


Mécanicien = mecânico


Mouton = ovelha


Oser = ousar


Portrait = retrato


Radeau = balsa


Sable = areia


Surtout = especialmente


Visage = rosto

3 – Ouça a história mais uma vez

Agora tente identificar as palavras do vocabulário na história, escutando-a mais uma vez.

4 – Responda as questões

 
Désert du Sahara

Écoutez l’histoire et donnez les informations suivantes:

 

1. Où etait le narrateur? 

 

2. Quoi le narrateur a recontré?

 

3. Qu’est-ce que le Petit Prince a demandé?

 

4. Le narrateur dit qu’il voit devant lui un petit bonhomme extraordinaire et ravissant. Numérotez les adjectifs ci-dessous quis correspondent au même sens: 1 pour extraordinaire et 2 pour ravissant:

 

A) Inusité | B) Exceptionnel | C) Enchanteur | D) Spécial | E) Exaltant | F) Irrésistible | G) Insolite | H) Singulier | I) Charmant | J) Beau | K) Joli | L) Unique

 

5. Une demande particulière: vrai ou faux?

 

A) Le garçon est bien et n’a pas de problèmes

B) Le narrateur trouve normal cette rencontre

C) L’enfant demande un dessin

D) Le narrateur dessine le mouton demandé par le garçon

E) Le narrateur est étonné parce que le garçon reconnaît son dessin

F) Le narrateur dessine parce qu’il n’a pas de choses à faire

G) Le garçon finalement est hereux avec le dessin d’une caisse

H) Le garçon est un petit roi

 

6. Décrivez le Petit Prince (pour ça, regardez le portrait que le narrateur a fait du Petit Prince). À quoi ressemblait-il?

 

6 – Leia a transcrição do capítulo 2

 

Chapittre 2

 

J’ai ainsi vécu seul, sans personne avec qui parler véritablement, jusqu’à une panne dans le désert du Sahara, il y a six ans. Quelque chose s’était cassé dans mon moteur. Et comme je n’avais avec moi ni mécanicien, ni passagers, je me préparai à essayer de réussir, tout seul, une réparation difficile. C’était pour moi une question de vie ou de mort. J’avais à peine de l’eau à boire pour huit jours.

 

Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J’étais bien plus isolé qu’un naufragé sur un radeau au milieu de l’Océan. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m’a réveillé. Elle disait :

 

– S’il vous plaît… dessine-moi un mouton !

 

– Hein !

 

– Dessine-moi un mouton…

 

J’ai sauté sur mes pieds comme si j’avais été frappé par la foudre. J’ai bien frotté mes yeux. J’ai bien regardé. Et j’ai vu un petit bonhomme tout à fait extraordinaire qui me considérait gravement. Voilà le meilleur portrait que, plus tard, j’ai réussi à faire de lui. Mais mon dessin, bien sûr, est beaucoup moins ravissant que le modèle. Ce n’est pas ma faute. J’avais été découragé dans ma carrière de peintre par les grandes personnes, à l’âge de six ans, et je n’avais rien appris à dessiner, sauf les boas fermés et les boas ouverts.

 

Je regardai donc cette apparition avec des yeux tout ronds d’étonnement. N’oubliez pas que je me trouvais à mille milles de toute région habitée. Or mon petit bonhomme ne me semblait ni égaré, ni mort de fatigue, ni mort de faim, ni mort de soif, ni mort de peur. Il n’avait en rien l’apparence d’un enfant perdu au milieu du désert, à mille milles de toute région habitée. Quand je réussis enfin à parler, je lui dis :

 

– Mais… qu’est-ce que tu fais là ?

 

Et il me répéta alors, tout doucement, comme une chose très sérieuse :

 

– S’il vous plaît… dessine-moi un mouton…

 

Quand le mystère est trop impressionnant, on n’ose pas désobéir. Aussi absurde que cela me semblât à mille milles de tous les endroits habités et en danger de mort, je sortis de ma poche une feuille de papier et un stylographe. Mais je me rappelai alors que j’avais surtout étudié la géographie, l’histoire, le calcul et la grammaire et je dis au petit bonhomme (avec un peu de mauvaise humeur) que je ne savais pas dessiner. Il me répondit :

 

– Ça ne fait rien. Dessine-moi un mouton.

 

Comme je n’avais jamais dessiné un mouton je refis, pour lui, l’un des deux seuls dessins dont j’étais capable. Celui du boa fermé. Et je fus stupéfait d’entendre le petit bonhomme me répondre :

 

– Non ! Non ! Je ne veux pas d’un éléphant dans un boa. Un boa c’est très dangereux, et un éléphant c’est très encombrant. Chez moi c’est tout petit. J’ai besoin d’un mouton. Dessine-moi un mouton.

 

Alors j’ai dessiné.

Il regarda attentivement, puis :

 

– Non ! Celui-là est déjà très malade. Fais-en un autre.

 

Je dessinai :

Mon ami sourit gentiment, avec indulgence :

 

– Tu vois bien… ce n’est pas un mouton, c’est un bélier. Il a des cornes…

 

Je refis donc encore mon dessin :

Mais il fut refusé, comme les précédents :

 

– Celui-là est trop vieux. Je veux un mouton qui vive longtemps.

 

Alors, faute de patience, comme j’avais hâte de commencer le démontage de mon moteur, je griffonnai ce dessin-ci.

Et je lançai :

 

– Ça c’est la caisse. Le mouton que tu veux est dedans.

 

Mais je fus bien surpris de voir s’illuminer le visage de mon jeune juge :

 

– C’est tout à fait comme ça que je le voulais ! Crois-tu qu’il faille beaucoup d’herbe à ce mouton ?

 

– Pourquoi ?

 

– Parce que chez moi c’est tout petit…

 

– Ça suffira sûrement. Je t’ai donné un tout petit mouton.

 

Il pencha la tête vers le dessin :

 

– Pas si petit que ça… Tiens ! Il s’est endormi…

 

Et c’est ainsi que je fis la connaissance du petit prince.

Voilà le meilleur portrait que, plus tard, j’ai réussi à faire de lui

E então, o que você achou do segundo capítulo do livro O Pequeno Príncipe? Gostou? Achou difícil acompanhar a leitura ou teve dificuldade com os vocabulários? E as perguntas? Escreva as respostas aqui nos comentários para que eu possa corrigir! E não se esqueça, toda sexta-feira lançarei um capítulo do livro junto com o áudio para que você faça uma imersão maravilhosa!

 

Aproveite para me seguir no Instagram e Youtube para ficarem por dentro de vários conteúdos incríveis sobre a língua e literatura francesa!

 

À la prochaine,

Elisa.

Porte D’entrée

Passo1:

Não enviaremos SPAM. Ao clicar em CONTINUAR, você aceita os termos de uso.